En partenariat avec :

Accueil / Portimão : victoire et titre LMP2 2019 pour IDEC Sport

Photo © JEP / ELMS

Portimão : victoire et titre LMP2 2019 pour IDEC Sport

ELMS - 27/10/2019 - Jeff CARTER

Les 4 Heures de Portimão ont offert une fin de saison 2019 riche en coups de théâtre. L’ORECA 07-Gibson n°28 de IDEC Sport a franchi la ligne d’arrivée en tant championne des Equipes et Pilotes LMP2 après que G-Drive Racing, leader du classement général avant le départ, ait reçu le drapeau à damier en sixième position.

Paul Lafargue, Memo Rojas et Paul-Loup Chatin sont montés sur la plus haute marche du podium pour célébrer un double titre qui met un terme à la domination de trois saisons de G-Drive Racing dans la catégorie LMP2 de l’European Le Mans Series. L’équipe russe termine vice-championne et se voit attribuer, aux côtés de IDEC Sport, la très importante invitation pour les 24 Heures du Mans 2020.

A la fin de la course les sourires sont également de mise dans le stand d’Inter Europol Competition. Nigel Moore amène la Ligier JS P3 à une deuxième place qui vaut le titre LMP3 à l’écurie polonaise. Moore a passé la ligne d’arrivée à 20 secondes de la Ligier n°6 de Terrence Woodward (360 Racing), pour la première victoire ELMS de l’équipe britannique et de ses coéquipiers Ross Kaiser et James Dayson.

Luzich Racing avait déjà remporté les titres Equipes et Pilotes LMGTE à Spa-Francorchamps le mois dernier, et la formation suisse a bouclé sa saison de la plus belle manière en s’imposant au Portugal. Fabien Lavergne réalise un très beau départ, avant que Nicklas Nielsen puis Alessandro Pier Guidi ne terminent la course de la Ferrari 488 GTE Evo n°51 avec 50 secondes d’avance sur la Ferrari n°60 de Kessel Racing.

Toutefois, un coup de théâtre survient après la course, sous la forme d’une pénalité de 9 tours infligée à la Ligier n°13 d’Inter Europol Competition lorsqu’il s’est avéré que Martin Hippe n’a pas respecté le temps de conduite, n’ayant pris le volant que 1h05’53’’881 au lieu du temps obligatoire pour un pilote Bronze de 1h22’’06 (décision des commissaires n°19).

Cette décision signifie que la Ligier n°11 de Jens Petersen et Mikkel Jensen (Eurointernational), qui a terminé sixième de la catégorie, seraient les champions 2019. Inter Europol Competition a toutefois fait appel de la décision des commissaires et le résultat modifié reste provisoire, dans l’attente du jugement de cet appel.

Une finale à rebondissements

La course s’élance sous la conduite de l’ORECA n°22 de Phil Hanson (United Autosports) qui emmène le plateau de 39 voitures dans le premier virage. Tout se passe bien dans les premiers virages mais au virage 5, la Dallara n°45 de Jack Manchester (Carlin, LMP2) part en tête-à-queue avant d’être violemment heurtée à l’arrière par la Ligier n°3 de Christian England (United Autosports, LMP3).

Les voitures qui suivent tentent d’éviter la Dallara et la Ligier. La plupart y parvient mais la Porsche n°77 de Christian Ried (Dempsey Proton Racing) touche l’arrière de la Dallara, ce qui détruit l’arrière de la Porsche. La Ferrari n°83 de Kessel Racing, la Ferrari n°66 de JMW Motorsport, la Norma n°10 d’Oregon Team et la Porsche n°88 de Proton Competition sont également impliquées dans cet accident. D’autres voitures se faufilent entre les débris, mais certaines sont endommagées.

La course est interrompue au drapeau rouge à la fin du premier tour et suspendue pendant 55 minutes, pendant lesquelles les sept voitures sont évacuées de la piste, qui est sécurisée. Deux des sept pilotes, Jack Manchester et Christian England se rendent à l’hôpital pour des examens préventifs tandis que les autres sont autorisés à quitter le centre médical du circuit après examens. La Ferrari n°83 rentre par ses propres moyens au stand mais est trop endommagée pour pouvoir continuer la course. La Ferrari n°66 de JMW Motorsport est remise en état et Wei Lu peut reprendre la course.

La course repart derrière le Safety Car, avant d’être relancée après deux tours. Mais le Safety Car revient en piste dix minutes plus tard après un tête-à-queue de la Ferrari n°66 dans le virage 1. La voiture doit être dégagée du bac à gravier par les commissaires de piste.

Les 4 Heures de Portimão reprennent alors qu’il reste 2h30 de course. L’ORECA n°22 de Phil  Hanson mène devant l’autre ORECA United Autosports de Ryan Cullen (n°32) et l’ORECA n°28 de Paul Lafargue (IDEC Sport), troisième. Lucas Légeret est leader de la catégorie LMP3 au volant de la Norma n°19 de M Racing, partie depuis la pole positon, devant la Norma n°17 de Jean-Baptiste Lahaye (Ultimate).

Il ne reste plus que cinq voitures en piste dans la catégorie LMGTE, avec en tête la Ferrari n°60 de Sergio Pianezzola (Kessel Racing), nouveau champion GT3 de la Michelin Le Mans Cup, devant la Ferrari n°51 de Fabien Lavergne (Luzich Racing).

Juste après la mi-course, la Ligier n°15 de Martin Rich (RLR MSport) est touchée par l’ORECA n°37 de Cool Racing et les deux voitures sortent de la piste au virage 14. Cet incident provoque la première neutralisation Full Course Yellow pour extirper les deux voitures du bac à gravier. La n°37 écope d’une pénalité drive-through (passage obligatoire par la voie des stands à vitesse réduite) pour avoir causé cette collision.

A la relance, la Norma n°7 de Tony Wells (Nielsen Racing) est en tête de la catégorie LMP3 devant la Ligier n°13 de Nigel Moore. Cette dernière, candidate au titre, devance largement sa rivale, la Ligier n°11 de Jens Petersen (Eurointernational). La course au titre LMP3 se présente donc bien.

Job van Uitert prend le volant de l’Aurus 01 de G-Drive Racing, leader du classement général LMP2. Le Néerlandais grime en troisième position après avoir doublé dans le virage 3 la Ligier n°24 de Timothé Buret (Panis Barthez Compétition).

Van Uitert rattrape l’ORECA n°28 de Memo Rojas et attaque le Mexicain par l’intérieur au virage. Une collision envoie alors l’ORECA de IDEC Sport à contresens, tandis que l’Aurus grimpe en deuxième position.

Le Safety Car est renvoyé en piste alors qu’il reste 65 minutes de course après que l’ORECA n°30 de Duqueine Engineering ait heurté les barrières du virage 1. Richard Bradley sort indemne de sa voiture mais les murs de pneus doivent être remis en état avant que la course puisse reprendre. De nombreuses voitures passent par les stands pour la circonstance, ce qui chamboule encore le classement.

Lorsque la course reprend ses droits, le Britannique Phil Hanson retrouve la tête de la course, après avoir relayé Filipe Albuquerque sur l’ORECA n°22. L’Aurus n°26 est deuxième à six secondes, mais Jean-Eric Vergne doit observer un drive-through après l’incident avec l’ORECA de IDEC Sport survenu pendant le relais de van Uitert.

Le pilote français reprend la piste en huitième position. Paul-Loup Chatin étant deuxième au volant de l’ORECA n°28, Vergne doit finir au minimum septième pour que G-Drive Racing soit titré. Mais Andrea Pizzitola ne se laisse pas doubler facilement et maintient l’Aurus derrière lui pendant plusieurs tours.

Pendant ce temps, Chatin revient sur Hanson et, à 34 minutes du drapeau à damier, prend la tête au virage 6. Ce qui signifie que l’Aurus doit désormais terminer troisième pour s’assurer le titre LMP2.

En LMP3, le classement est encore une fois modifié : la Ligier n°6 de Terrence Woodward (360 Racing) est en tête de la catégorie devant la Ligier-Nissan n°2 du Brésilien Tommy Erdos (United Autosports) qui voit revenir sur elle la Ligier de Nigel Moore. En fin de course, celui-ci s’adjuge à la fois la deuxième place derrière la Ligier de 360 Racing. Toutefois, la décision  n°19 des commissaires inflige une pénalité de 9 tours à la Ligier n°13 pour non respect du temps de conduite par Martin Hippe. Ce qui permet à la Ligier n°2 de United Autosports et à la Norma n°17 de grimper respectivement aux deuxième et troisième places.

La Ligier n°11 de Jens Petersen et  Mikkel Jensen (Eurointernational) termine sixième. Les huit points de cette position suffisent pour s’adjuger les titres Equipes et Pilotes. Ces résultats LMP3 restent toutefois provisoires car soumis à l’appel d’Inter Europol Competition contre cette décision.

La Ferrari n°51 d’Alessandro Pier Guidi dispose en tête de la catégorie LMGTE d’une confortable avance, tandis que la Ferrari n°55 de Matt Griffin (Spirit of Race) et la Porsche n°80 de Fabio Babini (Ebimotors) se livrent à une belle lutte pour la troisième place derrière la Ferrari n°60 de Kessel Racing. Alors que Griffin et Babini se battent pour la dernière marche du podium, la Ferrari n°55 sort trop large et part en tête-à-queue au virage 4.

Phil Hanson commence à revenir sur l’ORECA de IDEC Sport alors qu’il ne reste que cinq minutes avant le drapeau à damier. L’Aurus de G-Drive Racing étant sixième, Paul-Loup Chatin sait qu’il doit conserver sa position en tête pour remporter le titre LMP2 2019. Le Français y parvient de justesse, franchissant la ligne d’arrivée avec 0’’496 d’avance sur Hanson, dans un final éprouvant pour les nerfs des membres de IDEC Sport, qui laissent éclater leur joie lors du drapeau à damier. A l’issue de ces 4 Heures de Portimão, l’ORECA n°39 de Graff décroche la troisième marche du podium.

Tandis que la Ferrari n°51 de Luzich Racing termine en tête de la catégorie LMGTE, décrochant une invitation d’office pour les 24 Heures du Mans 2020, une belle consolation attend la Porsche n°77 de Dempsey-Proton Racing, qui avait abandonné dès le départ de ces quatre heures de course. Le point attribué à sa pole position et le fait que ses principales rivales n’aient pu marquer les points nécessaires permettent à l’équipe allemande de s’assurer la deuxième invitation en jeu pour les 24 Heures du Mans l’an prochain.

CLIQUEZ ICI pour les résultats.

Actualités liées

> La saison 2019 en chiffres Le 04/12/2019 à 17:00

> Les 4 Heures de Portimão en chiffres Le 19/11/2019 à 17:01

> Changement de date pour les 4 Heures de Portimão 2020 Le 15/11/2019 à 11:00

> Revivez la finale de la saison 2019 Le 09/11/2019 à 20:00

> Les faits marquants des 4 Heures de Portimão Le 05/11/2019 à 14:29

Prochaine session

Tests Officiels

Session 1

Classement 2019
ELMS sur les réseaux sociaux