En partenariat avec :

Accueil / Histoire d'une équipe: TDS Racing, la compétition jusqu’au bout

Photo © JEP/ ELMS

Histoire d'une équipe: TDS Racing, la compétition jusqu’au bout

LM P2 - 26/05/2020 - Jeff CARTER

TDS Racing est l’un des noms les plus familiers parmi les écuries du paddock European Le Mans Series (ELMS). TDS (pour Top Drive Services) est dirigé par Xavier Combet, l’homme qui a mené l’équipe au succès en ELMS, en WEC et aux 24 Heures du Mans.

Depuis 2011, TDS Racing a remporté le titre LMP2 de l’ELMS ou terminé vice-champion à pas moins de six reprises, et s’est également adjugé la couronne GTC l’année précédant le lancement de la Michelin Le Mans Cup.

Basée dans le sud de la France à Saint-Aunès, près de Montpellier, TDS Racing a été fondée en 2004. En 2005, l’équipe nouvellement créée participe à l’Eurocup Mégane Trophy sous la bannière de Pouchelon Racing. Devenue TDS Racing la saison suivante, l’écurie remporte deux titres équipes consécutifs en 2009 et 2010, ainsi que le titre pilotes en 2008 et 2010, avec Michaël Rossi et Nicky Catsburg.

TDS Racing passe en endurance en 2011 en courant en Le Mans Series, avec la troisième place finale du classement général LMP2. Sur les cinq courses de cette saison, ses pilotes Mathias Beche, Pierre Thiriet et Jody Firth s’imposent à deux reprises dans cette catégorie, à Spa-Francorchamps et Estoril.

 

2012 : premier titre en ELMS

Sous le nom de Thiriet by TDS Racing en 2012, l’écurie française engage un prototype LMP2 dans une compétition elle aussi rebaptisée European Le Mans Series, et remporte le titre de la catégorie avec deux victoires au Paul Ricard et à Road Atlanta. Mathias Beche et Pierre Thiriet sont couronnés chez les pilotes dans un championnat de trois manches au plateau clairsemé, seule la catégorie LMP2 accueillant un nombre raisonnable de concurrents.

 

2013 : l’ELMS à la relance, TDS Racing en pointe

La saison 2013 voit l’European Le Mans Series relancé et revitalisé, dont le plateau est le parfait reflet de ce renouveau. Champion LMP2 en titre, Pierre Thiriet est à nouveau en piste. A Silverstone, pour la première manche, il est rejoint par Jonathan Hirschi, et ce duo franco-suisse termine troisième.

Pour le reste de la saison, Mathias Beche est de retour aux côtés de Pierre Thiriet, avec deux victoires à Imola et au Red Bull Ring. Toutefois, Signatech Alpine est cette année-là l’équipe à battre et Thiriet by TDS Racing termine vice-champion, à seulement 8 points de sa rivale française.

 

2014 : une saison à oublier

Elle commence pourtant bien avec une victoire dès la première manche à Silverstone, mais une série noire vaut à Thiriet by TDS Racing la septième place du classement final.

 

2015 : le deuxième titre

C’est une excellente année pour l’écurie de Xavier Combet, qui s’engage non seulement en LMP2, mais aussi en GTC, pour la dernière saison de cette catégorie dans le cadre de l’ELMS, avant qu’elle ne passe l’année suivante sous l’égide de la Michelin Le Mans Cup.

En LMP2, Thiriet by TDS Racing remporte deux victoires (Imola et Estoril) et monte à deux autres reprises sur le podium pour terminer vice-champion, à seulement 2 points de Greaves Motorsport, à l’issue de l’une des saisons les plus serrées de la jeune histoire de l’European Le Mans Series.

2016 : vice-champion encore une fois

En 2016, Thiriet by TDS Racing passe encore une fois tout près du titre LMP2. Pierre Thiriet, Mathias Beche et Ryo Hirakawa signent deux victoires d’affilée à Imola et au Red Bull Ring, puis une troisième pour la course à domicile de l’équipe au Paul Ricard, où Mike Conway remplace Hirakawa.

Cette année encore, tout se joue lors de la dernière course à Estoril, où la Gibson n°38 aux couleurs de G-Drive Racing remporte la course et le titre, avec 7 points de marge sur Thiriet by TDS Racing, qui termine vice-champion pour la troisième fois en quatre saisons.

2017 : rendez-vous sur la scène mondiale

En 2017, TDS Racing passe en Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC), où l’équipe française est présente sur deux fronts, avec une ORECA sous ses propres couleurs, et une deuxième sous la bannière de G-Drive Racing. Cette dernière s’impose à Spa-Francorchamps.

 

2018 : retour victorieux en ELMS

En 2018, TDS Racing conserve un engagement en WEC, tandis que l’ORECA de G-Drive Racing court en ELMS. Roman Rusinov, Andrea Pizzitola et Jean-Eric Vergne dominent la saison avec trois victoires (Monza, Red Bull Ring et Silverstone) et offrent le titre à G-Drive/TDS Racing à Portimão.

2019 : vice-champion pour la quatrième fois

Selon une tradition qui semble bien établie pour TDS Racing, la saison 2019 voit l’Aurus 01 de G-Drive Racing et l’ORECA 07 de IDEC Sport face à face, les deux écuries signant deux victoires chacune. Le titre se décide encore une fois lors du dernier rendez-vous de l’année au Portugal. La victoire de IDEC Sport est synonyme de titre avec une très courte avance de 4 points sur le prototype russe de G-Drive Racing, exploité par TDS Racing.

G-Drive Racing sera en piste pour une nouvelle saison en European Le Mans Series, avec Roman Rusinov en pointe pour reconquérir ce titre LMP2 tant convoité, au volant de l’Aurus 01-Gibson n°26 à la livrée reconnaissable de G-Drive Racing, dont l’exploitation sera toujours confiée à TDS Racing.

Actualités liées

> Les livrées ELMS aux 24 Heures du Mans virtuelles Le 11/06/2020 à 15:00

> Panis Racing Triple A e-Sports aux 24 Heures du Mans virtuelles Le 27/05/2020 à 09:20

> Des nouvelles de Sophia Floersch Le 20/04/2020 à 18:30

> “A la maison” avec Will Stevens Le 17/04/2020 à 10:00

> "A la maison" avec Paul Loup Chatin Le 10/04/2020 à 11:05

Prochaine session
Classement 2019
ELMS sur les réseaux sociaux